Extraits du salon du 17 mai avec avec Philippe Sollers

 

Qui sommes-nous ? Où allons-nous ?
Que nous est-il permis d'espérer ?

 

A la demande des absents et des présents qui se sont endormis, nous publions bien volontiers la version écrite de cet exposé prononcé au salon Botul du 12 avril 2018.

Chers amis,

Tiens voilà une enclumeNous fêtons cette année les 20 ans du salon Botul. Nous avons invité, mois après mois, le nombre respectable de 158 orateurs. Depuis janvier 1998, 158 fois, le coup de cloche a retenti, la causerie a duré une heure trente (le sablier faisant foi), jusqu’au buffet chaud servi par notre brigade culinaire. Quelle aventure! Faisons un bilan d’étape. Parlons de nous, puisqu’il n’y a que cela qui nous intéresse. Qui sommes-nous?
Je procéde par élimination.
Nous ne sommes pas une start up. Nous ne vendons pas de produits dérivés (tee shirts, mugs, gamme de parfums, pin’s, porte-clefs.) Nous nous n’avons pas déposé la marque «Botul» à l’INPI (Institut national de la propriété industrielle). Pendant nos réunions, on n’entend pas les mots bottom up, buzz, pitch, crowdfunding, helpers, business angel etc.
Nous ne sommes pas davantage une secte. Nous n’avons pas de gourou. Je ne suis que président de l’association et je mène une vie ascétique. Je n’applique pas les ficelles du métier de gourou: détecter dans chaque recrue le point faible, qui permet de la manipuler, de lui soutirer ses économies et de lui promettre une vie pleine de sea, de sex et de sun.
Nous ne développons pas de paranoïa de groupe, ce qui est peut-être dommage pour la cohésion du groupe. Nous ne nous répétons pas chaque matin: «Nous sommes les purs, les autres sont les impurs. Nous sommes les élus, ils sont les ignorants. Nous serons sauvés, ils sont foutus.» Nous ne nous croyons pas victimes d’un complot, ni d’une conspiration du silence. Quel dommage! (...)

Lire la suite