Cliquer pour agrandir

Ici vécut le philosophe Jean-Baptiste Botul  (1896-1947) - 5 rue de Lancry à Paris 10e

«SOY QUIEN ESTOY»

(Discours de Vincent Poussou, représentant le Syndicat des copropriétaires du 5 rue de Lancry)

 

Monsieur le Président, Monsieur l'Académicien, chers voisins, chers amis,

Vous avez souhaité que je porte haut en ce jour incandescent la voix des résidents, qu'honore la présence en ces murs de cette figure tutélaire : Jean-Baptiste Botul, philosophe.
Si tous nous connaissons son œuvre, par ouïe- dire pour certains, la grande presse ayant largement relayé récemment les péripéties de ce grand spécialiste de Kant, qui eût pu dire qu'en nos murs, en sa jeunesse, il logea?
En sa jeunesse?
Pouvons-nous en être sûrs?
Lorsque l'association des Amis de JBB nous demanda l’autorisation de poser cette plaque, cette interrogation inquiéta le syndicat des copropriétaires et explique que deux votes furent nécessaires à notre assemblée générale pour prononcer finalement, cher président, la réponse positive qui nous permet aujourd'hui d’être réunis. Notre assemblée demanda deux précisions: où et quand avait vécu ici le philosophe ? Nous exhortâmes alors chacun d'entre nous, propriétaires, locataires, ou simples résidents, à exhumer la moindre trace d'un passage attesté.
Sur la foi d'un texte arguant que le philosophie aurait eu l'une de ses inspirations les plus remarquables dans son cabinet, par deux fois le sol des toilettes de notre voisin du second étage, cher Jean, dont je salue ici la patience, fut évidé. Un chantier de fouille fut menée sur plus de six mois qui révéla deux éléments significatifs : d'abord le revêtement de la première couche avait été remplacé dans les années 1930, probablement à la suite d'une fuite. Ensuite, le poinçon du maçon : il a été retrouvé, avec deux initiales V.J. Sur le sol, incrustée dans le ciment même, on peut lire la devise du maçon : Soy quien estoy.
Pour ceux qui ne pratiquent pas le castillan, rappelons que le verbe «être» a deux modalités dans cette langue SER signifie «être de manière durable» et ESTAR «être à un moment donné de manière contingente».
Aussi pourrait-on traduire cette devise de compagnon SOY QUIEN ESTOY «je suis ce que je suis» dans le sens «je suis ce que je suis en train d’être» , ou encore, en termes plus philosophiques, «l’être est l'étant». Il est tentant de croire qu'un simple maçon n'eut pu dire voire penser cela, tant est éloignée de nous l'idée qu'un ouvrier peut être philosophe. Pourtant, c'est bien une hypothèse de cette nature qu'a ouvert cette découverte. Une hypothèse, si je puis dire, brute de décoffrage.
(….)

Je reviens sur les initiales V.J. En espagnol, les deux lettres V et B sont très proches.
Prenons l'hypothèse que le V est en réalité un B: «VJ» devient donc «BJ», soit JB c'est-à-dire «Jean-Baptiste», mais à l'envers. Il est facile d'imaginer que JBB ait pris un nom d'emprunt quand il faisait des travaux de maçonnerie. Ce nom de maçon serait un renversement de son nom de philosophe.
Récapitulons: Baptiste-Jean pense SOY QUIEN ESTOY, «je suis ce que je suis en train d’être», alors que Jean-Baptiste pense ESTOY QUIEN SOY, «je suis en train d’être ce que je suis». Aucun doute: cette inscription laissé sur le sol des toilettes, dans ce «cabinet» comme l'appelait Botul, situé au second étage de notre modeste édifice, cette inscription, dis-je, serait l'une des inspirations les plus fécondes du philosophe.
Elle nous enseigne non seulement que la réalité est durable, elle nous parle de l'identité profonde entre les deux formules SOY QUIEN ESTOY et ESTOY QUIEN SOY. Botul nous révèle que c'est le mouvement même entre l'Etant et l'Etre, entre ce que nous sommes à cet instant et ce que nous sommes à tout instant, qui fait de nous ce que nous sommes.
Voilà le message que le philosophe a voulu laisser dans les toilettes du second étage du bâtiment A du n°5 de la rue de Lancry. Voilà pourquoi nous sommes fiers aujourd'hui de la présence de son nom sur la façade de notre immeuble.
Que l’association des Amis de Jean-Baptiste Botul en soit remerciée!
(applaudissements nourris)